Voir toutes les actualités
20 08
2018
Actu Juridique

Infirmier en pratique avancée : un nouveau métier à connaître !

Rédigé par l'équipe WebLex.

Source :

  • Décret n° 2018-629 du 18 juillet 2018 relatif à l'exercice infirmier en pratique avancée
  • Arrêté du 18 juillet 2018 fixant la liste des pathologies chroniques stabilisées prévue à l'article R. 4301-2 du code de santé publique
  • Arrêté du 18 juillet 2018 fixant les listes permettant l'exercice infirmier en pratique avancée en application de l'article R. 4301-3 du code de santé publique

La Loi Santé, votée en janvier 2016, prévoit la création d’un nouveau métier dans le secteur médical : l’infirmier en pratique avancée. Avant qu’il ne puisse être exercé, les prérogatives de ce nouveau métier devaient être précisées par le Gouvernement… ce qui est désormais chose faite…


Infirmier en pratique avancée : un infirmier aux compétences élargies !

Depuis le 20 juillet 2018, le métier d’infirmier en pratique avancée (IPA) existe officiellement, permettant ainsi à de nombreuses universités de proposer le diplôme d’IPA dans leurs cursus.

L’IPA est un métier qui se situe entre l'infirmier et le médecin : un IPA aura donc des compétences plus importantes qu’un infirmier, mais n’aura toutefois pas toutes les prérogatives du médecin. C’est ainsi que la conduite diagnostique et les choix thérapeutiques seront toujours définis par un médecin.

La pratique avancée a 2 objectifs : améliorer l’accès aux soins ainsi que la qualité des parcours des patients en réduisant la charge de travail des médecins sur des pathologies ciblées.

Pour qui ?

Un infirmier est autorisé à exercer en pratique avancée s’il remplit les 2 conditions suivantes :


Pour quoi ?

Les domaines d'intervention ouverts à l'exercice d’IPA sont les suivants :


L’information du patient.

Le médecin doit informer son patient quant aux modalités de sa prise en charge par un infirmier exerçant en pratique avancée. Ces modalités figurent dans un document, rempli et signé par le médecin, et remis au patient, ou, le cas échéant, à sa personne de confiance, à son représentant légal ou aux parents lorsqu'il s'agit d'une personne mineure.

Ce document, versé au dossier médical du patient, comporte les informations suivantes :