La petite histoire du jour

21 septembre 2020

C’est l’histoire d’un employeur qui demande à un salarié de rester joignable…


Un salarié, employé comme directeur de magasin, demande à son employeur une indemnisation en compensation des astreintes qu’il estime avoir accomplies. Il figure, en effet, sur la liste des personnes que la société de télésurveillance peut appeler en cas de déclenchement de l’alarme hors des horaires d'ouverture du magasin.

Pas de quoi caractériser des périodes d’astreinte, rétorque l’employeur qui remarque que le salarié n’a effectivement été appelé qu’à de très rares occasions. Il ajoute, en outre, que le salarié doit démontrer qu’il avait l’obligation de rester à son domicile ou à proximité pour intervenir, ce qui n’est pas le cas ici en tout état de cause.

Mais le juge donne raison au salarié : parce que l'employeur a communiqué les coordonnées du salarié à la société de télésurveillance, afin de le contacter et de requérir son intervention en cas de déclenchement de l’alarme en dehors des horaires d'ouverture du magasin, il est bien sous astreinte… qui doit être indemnisée !


Toutes les petites histoires...