Voir toutes les actualités
01 03
2021
Actu Sociale

Contrat intermittent : un accord sinon rien !

Rédigé par l'équipe WebLex.

Source :

  • Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 17 février 2021, n° 19-15765 (NP)

La possibilité de recourir au contrat de travail intermittent doit être prévue par un accord d’entreprise ou d’établissement ou, à défaut, par une convention ou un accord collectif étendu par arrêté ministériel… nécessairement conclu préalablement à la signature du contrat de travail ?


Contrat intermittent : permis par un accord collectif

Une entreprise d’accueil de l’enfant emploie une salariée en qualité de garde d’enfant à domicile. Mais parce que son activité comporte une alternance de périodes de travail et de périodes non travaillées, elles signent un CDI intermittent.

Sauf que le contrat de travail a été signé en l’absence de tout accord collectif autorisant le contrat intermittent, remarque la salariée qui réclame dès lors la requalification de son contrat de travail en CDI à temps complet.

Ce que refuse l’employeur : si le contrat a certes été signé en l’absence d’accord collectif le permettant, un accord de branche l’autorisant a été conclu l’année suivant la signature du contrat de travail. Cet accord régularise donc, selon lui, le contrat intermittent.

Faux, rétorque le juge : le contrat de travail intermittent conclu en l'absence d'accord collectif est illicite et doit être requalifié en contrat de travail à temps complet, peu importe qu’une convention collective ait ultérieurement autorisé le recours à un tel contrat, dès lors qu’un nouveau contrat de travail, conforme à ses stipulations, n’est pas conclu.

Ce site utilise des cookies dans l’unique objectif de réaliser des statistiques d’audience (anonymes)