La petite histoire du jour

5 juillet 2021

C’est l’histoire d’un employeur qui surveille (trop ?) l’activité d’un salarié…


Reprochant à son cuisinier de ne pas respecter les règles d’hygiène mises en place dans le restaurant, un restaurateur installe une caméra dans la cuisine. Constatant, en visionnant les vidéos, que rien ne change, il finit par licencier son cuisinier pour faute grave…

Vidéos qui portent atteinte à sa vie privée et ne peuvent donc justifier son licenciement, abusif, selon le salarié puisqu’à aucun moment il n’a été informé des raisons et des modalités de mise en place de cette caméra. « Justement si », rappelle l’employeur qui lui a expliqué que cette caméra est là pour s'assurer, pour plus de sécurité, que le cuisinier respecte bien les règles d'hygiène…

Sauf que le salarié, qui exerce seul son activité en cuisine, est soumis à la surveillance constante de la caméra qui y est installée, constate et estime le juge, pour qui ce système est disproportionné : les enregistrements, ici attentatoires à la vie privée du salarié, ne peuvent servir de preuve au licenciement… qui est abusif !


Toutes les petites histoires du jour
Ce site utilise des cookies dans l’unique objectif de réaliser des statistiques d’audience (anonymes)